La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 CHANTIER EN COURS

 Pose bardage

 Cesson 

  

CHANTIER EN COURS

Surélévation bois

Montgeron

 

 CHANTIER EN COURS

Allée pavée

Cesson 

Laine de verre

La laine de verre est un matériau isolant fabriqué à partir de produit naturel (sable) qui se présente généralement sous la forme d'un matelas de fibres enchevêtrées emprisonnant de l'air immobile. On l'utilise dans le bâtiment pour l’isolation thermique et l’isolation phonique ou encore comme absorbant pour la correction acoustique ou dans la protection contre les incendies.

 

PERFORMANCES

 

En termes de performance thermique , le lambda (ou conductivité thermique) des laines de verre varie de 0.030W/(m.k.) à 0.040W/(m.k). Lesrésistances thermiques courantes peuvent donc, pour une même épaisseur de produit, varier de R = 2,50 m2 K/W à R = 3,30m2K/W en 100 mm et aller par exemple en monocouche jusqu'à R = 6.85m2.K/W en 240mm pour une laine en lambda de 0.035W/(m.K) ou 7,50m2K/W en 300 mm pour une laine en lambda de 0.040W/(m.K). Ces produits d' isolation thermique reconnus équipent plus de 75% des foyers français et sont aussi les matériaux d'isolation les plus utilisés dans le monde. Ils permettent d'isoler efficacement toitures, murs, sols et cloisons, contre le froid de l'hiver, la chaleur de l'été et contre les nuisances sonores dans l'habitat.

La réaction au feu de la laine de verre non surfacée (nue, sans pare vapeur) est A1(produit incombustible) ; avec certains surfaçages de type voile de verre ou aluminium, elle est classée A2s1d0 (produit non combustible) par le classement européen Euroclasses. Lorsqu’une laine de verre est revêtue d’un papier kraft, sa classe de réaction au feu est F (produit non classé ou non testé).

La laine de verre répond, par sa nature et ses constituants, aux caractéristiques de stabilité dimensionnelle à température et en présence d'humidité.

Pour son usage dans le bâtiment, la laine de verre est classée non hydrophile ; naturellement non hygroscopique, elle n'absorbe pas l'humidité de l'air. Ainsi, lorsqu'une laine de verre est accidentellement mouillée (pluie ou neige par exemple), il suffit de la laisser sécher, sans la manipuler ni la comprimer. Lorsqu’elle retrouve son épaisseur après séchage naturel, elle recouvre ses caractéristiques de conductivité thermique, donc sa performance d'isolation thermique et acoustique.

Concernant le comportement mécanique, il convient de vérifier que la laine de verre choisie correspond à l'application visée (toiture, mur, sol). Ainsi, pour une application entre chevrons ou une application en murs qui nécessitent une tenue mécanique de l'isolant, il faut s'assurer que la laine de verre choisie soit au minimum semi-rigide. La caractéristique de semi-rigidité des isolants est évaluée et certifiée par la certification Acermi.

 

CARACTÉRISTIQUES

 

L’élaboration de la laine de verre s’effectue à partir de sable et de verre recyclé ou calcin, par fusion et fibrage.

Le conditionnement de la laine de verre prend la forme de rouleaux, panneaux et flocons selon l’accessibilité des parties à isoler, de la configuration de l’habitation et le confort d’isolation recherché dans l’habitation.

Sa structure poreuse et élastique permet d’affaiblir la transmission des bruits aériens, de chocs et d’assurer la correction acoustique à l’intérieur des locaux.

La réaction au feu est passive et performante puisque les laines minérales sont incombustibles par nature. Elles ne propagent pas les flammes en cas d’incendie.

Mise en œuvre suivant les règles de l'art, une laine minérale a une durée de vie de plusieurs dizaines d'années et conventionnellement identique à celle du bâtiment. Elle ne se tasse pas et conserve durablement son épaisseur et donc ses performances d'isolation durant toute sa durée de vie.

Pour mesurer l'impact environnemental d'un produit isolant, il faut prendre en compte l'intégralité du cycle de vie de ce produit, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie (démolition par exemple). On s'aperçoit alors qu'à performance équivalente, une laine végétale consomme pour tout son cycle 82,3 MJ contre 35,6 MJ seulement pour la laine de verre. Sur 50 ans, une laine de verre de 200 mm de R = 5 permet d’éviter l’émission de 255 kg équivalent C0² par m². 

 

Source : http://www.toutsurlisolation.com

Contenu