La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

CHANTIERS EN COURS

 

 Pose bardage

 Cesson 

 

Surélévation bois

Montgeron

 

Extension bois

Samoreau

 

Pourquoi se poser la question de la perspirance ?

Quand on vit dans une maison, on produit de l’humidité, notamment lorsque l’on respire. Par exemple une famille de 4 personnes produit plus de 25 Litres de vapeur d’eau par jour !
 

Graphique de création de vapeur d'eau par 4 personnes

 

Pour éviter la saturation de l’air qui transformerait la vapeur en gouttes d’eau et qui amènerait humidité, moisissures et condensation, il faut donc évacuer cette vapeur d’eau.

Pour cela, on peut compter sur sa VMC qui, en renouvelant l’air, évacuera une partie de la vapeur d’eau. Mais il existe une solution qui n’utilise pas d’énergie pour traiter le problème de la vapeur d’eau : c’est dans cette optique que la paroi perpirante entre en jeux !

 

 

Qu’est-ce qu’une paroi perspirante ?

Quand on a commencé à lire les bouquins sur la construction en ossature bois, on a très vite entendu parler des parois perspirantes; mais qu’est-ce que c’est ?!

En fait c’est un mur qui est étudier pour « transpirer » la vapeur d’eau sans la stocker et ainsi éviter la condensation qui apporte des problèmes de moisissure… (La condensation c’est un peu notre bête noire !!) C’est vraiment important d’éviter la condensation, tant pour le bien être des habitants que pour la longévité des matériaux (isolant, contreventement, bois d’ossature…).

 

Condensation et humidité

 

Donc le principe c’est de choisir des matériaux en fonction de leur perméabilité à la vapeur d’eau (isolants, contreventement, pare-pluie, pare ou frein vapeur) et de les agencer pour créer cette dynamique de perspirance. Pour donner un exemple concret, notre peau est étudiée pour qu’on puisse transpirer, mais si vous inversez une couche ça ne fonctionne plus.

 

Les avantages d’une paroi perspirante ?

La paroi classique

Une paroi « classique » est souvent conçue pour qu’aucune vapeur d’eau ne puisse la traverser. C’est une méthode très efficace en théorie, mais dans la réalité il est difficile de créer une étanchéité à la vapeur d’eau parfaite. On se retrouve donc avec des petits défauts d’étanchéité (aux jointures des murs avec le plafond ou les fenêtres par exemple). La vapeur d’eau va se concentrer à ces petits défauts qui se transforment en gros points faibles. En se concentrant au même endroit, elle atteint plus vite le point de rosé et forme la condensation qu’on cherche absolument à éviter pour ne pas avoir de moisissure ou abîmer l’isolant.

 

Condensation de la vapeur d'eau

 

La paroi perspirante

L’avantage avec la paroi perspirante, c’est qu’elle est conçue pour laisser passer la vapeur d’eau de façon homogène sans qu’elle n’atteigne le point de rosée. Elle ne piège pas l’humidité dans le mur mais au contraire la laisse passer vers l’extérieur.

Du coup on évite complètement les problèmes de moisissure, champignon, isolation abîmée… dus à la condensation.

Attention, le fait que la paroi laisse passer la vapeur d’eau ne veut pas dire qu’elle n’est pas étanche à l’air ! Il faudra poser le frein-vapeur correctement en prenant soin de faire les jointures parfaitement, pour que la maison soit comme un sac plastique fermé : étanche à l’air.

La paroi perspirante traite donc le problème de vapeur d’eau stockée dans l’air, mais pas le renouvellement de l’air, qui est indispensable pour évacuer les polluants (gaz carbonique de la respiration…). Une paroi perspirante ne dispense donc pas de système de renouvellement de l’air type VMC.

Les coefficients Sd et μ (Mu)

Pour concevoir une paroi perspirante, on choisit et on agence les composants du mur en fonction de leur perméabilité à la vapeur d’eau : Sd (en mètre).

Sd représente l’épaisseur  en mètre de la couche d’air équivalente au transport de l’humidité sous forme de vapeur à travers le matériau. Plus Sd est faible, plus le matériau est perméable à la vapeur d’eau (donc plus il laisse passer la vapeur d’eau).

Parfois, sur les fiches techniques des matériaux vous ne trouverez pas la valeur Sd, mais la valeur μ (Mu). La formule suivante permet de retrouver le Sd à partir de la valeur  μ et de l’épaisseur du matériau (e) :

Sd = μ x e

 

 

Frein-vapeur ou pare-vapeur ?

Sur les parois classiques, il est préconisé de mettre un pare-vapeur posé de façon étanche du côté intérieur. La pose de ce pare-vapeur permet d’empêcher la vapeur d’eau de circuler dans le mur. Mais dans la réalité, il est difficile de poser le pare-vapeur de façon complètement étanche. La vapeur d’eau se concentre alors sur les défauts d’étanchéités et condense en formant des gouttes d’eau.

Pour une paroi perspirante on va donc préférer un frein-vapeur qui permet de laisser entrer la vapeur d’eau dans la paroi de façon homogène. Le pare-vapeur est donc remplacé par un frein-vapeur posé de façon étanche à l’air (tout comme le pare-vapeur).

Le frein-vapeur peut également être hygrovariable, c’est à dire que sa capacité de laisser plus ou moins passer la vapeur d’eau va changer en fonction de l’humidité ambiante. Cela permet d’optimiser les échanges de vapeur d’eau et de réduire encore plus les risques de condensations et de dégâts dans les parois.

 

 

Notre choix pour les murs en ossature bois

Les règles à suivre et les études sur les parois perspirantes

Pour réaliser une paroi perspirante, il faut suivre la règle suivante :

Tous les matériaux qui constituent la paroi perspirante doivent avoir un niveau de perméance croissant de l’intérieur vers l’extérieur.

En plus simple, ça veut dire :

Les matériaux qui composent la paroi perspirante doivent avoir un Sd de plus en plus petit, de l’intérieur vers l’extérieur.